PS3 > Tests PS3 > Neverdead PS3 > Test

Wim P3L Games Stats Flux RSS Firefox Folding@home

Test de Neverdead sur PS3

Test publié le 22/02/2012 par malcolm89 - lu 11593 fois - 0 Commentaires

Depuis son annonce, Neverdead joue sur son côté décalé lors de chaque diffusion de média. Le jeu qui mélange gros flingues, humour décalé et une nana bien gaulée a finalement décidé de débarquer sur nos consoles de salon. Aujourd’hui nous allons voir si la recette qui a si souvent marché au cinéma permet à Konami de réaliser l’un des bons coups de l’année 2012.

Il ne peut en rester qu'un

Dans Neverdead, nous incarnons Bryce Boltzmann un personnage immortel qui a la particularité de voir son corps partir en morceaux sous l’impact des coups des adversaires. Celui-ci peut ainsi perdre ses bras, ses jambes et sa tête. Une tête qui comme à l’image d’Highlander est le seul élément vraiment vulnérable de ce personnage immortel. En effet, une fois notre tête roulant au sol, nous comprenons vite que nous ne sommes finalement pas si immortels que ça : une charmante bestiole difforme tentera par tous les moyens de l’absorber afin d’afficher un joyeux Game Over à l’écran.

Comme vous pouvez vous en douter, les capacités hors-normes du personnage suscitent l’intérêt de nombreuses personnes et il finit par se faire recruter par une agence gouvernementale répondant au nom de NADA. Celle-ci a pour spécialité de s’arrêter sur tous les phénomènes paranormaux qui peuvent être recensés dans le monde où nous avons atterri en insérant le jeu dans notre PS3. Notre mission est de partir à la recherche d’Astaroth un démon surpuissant qui ne nous veut pas que du bien et de parvenir à l’exterminer. Histoire de ne pas nous laisser seuls pour sauver le monde, nous sommes accompagnés de la belle Arcadia qui malheureusement pour elle, n’a pas la particularité d’être immortelle.

Rouler bouler

Finalement cette particularité va aussi être un gros handicap pour nous tout au long de l’aventure. Car en plus de devoir faire attention à rester en un seul morceau pour éviter de nous faire gober le crâne, nous allons devoir prendre soin de notre assistante pour éviter que celle-ci tombe sous les coups des différents monstres croisés dans la multitude des niveaux parcourus. Au final, le jeu se résume assez vite à une protection à plein temps de ce personnage géré par l’IA. Autant vous dire, que cette tâche est assez difficile à réaliser quand notre corps se retrouve en morceaux sur le sol et que nous devons faire rouler notre tête d’un membre à l’autre pour reconstruire notre carcasse.

Car en plus de ne pas être vraiment immortel, l’ami Bryce à une fâcheuse tendance à ne pas savoir encaisser les coups. On passe ainsi les ¾ de chaque mission à courir d’un bout à l’autre de la zone pour tenter de reconstruire notre corps. Celui-ci une fois reconstruit retombe malheureusement assez vite en lambeaux et il faut inlassablement recommencer cet exercice fastidieux. Mais heureusement pour nous, cette tendance à partir en morceaux n’a pas que des inconvénients. Il peut arriver à certains moments que les passages pour progresser soient inaccessibles à notre corps entier et il faudra donc faire tomber notre tête en nous électrocutant pour ainsi la faire rouler dans un conduit ou la faire grimper en hauteur après un véritable parcours du combattant.

Un héros en 1000 morceaux

Une fois arrivé à destination, impossible de récupérer nos membres me direz-vous. Rassurez-vous, en plus de reconstruire notre corps en roulant sur nos membres, le jeu propose une jauge de résurrection qui se recharge à l’aide de fioles dispersées un peu partout dans le jeu. Mais plus nous progresserons dans l’aventure, plus nous aurons le droit à des points d’expériences. Ceux-ci nous permettent d’obtenir des capacités spéciales qui peuvent être greffées en nombres limités sur le héros. Nous pouvons ainsi détacher nos membres pour les transformer en grenade. Une grenade artisanale qui peut se montrer pratique une fois jetée dans la gueule d’un monstre. Mais même sans capacité spéciale, une fois nos bras par terre, ceux-ci continuent de répondre à nos pressions sur les gâchettes de la manette et il est ainsi possible de les faire tournoyer au sol pour qu’ils tirent dans le tas alors que nous sommes à bonne distance de la zone de guerre.

Au sujet des monstres que nous croiserons lors de notre progression vers le boss final, ceux-ci font irrémédiablement penser à l’univers de Silent Hill. Mais ils sont beaucoup moins bien réalisés et l'on se retrouve souvent confronté à des monstres avec une apparence assez grotesque. Leur design tout au long de l’aventure est finalement assez décevant et il est du coup assez difficile de s’extasier au moment de les tuer. Pourtant Rebellion qui a développé le jeu n’a pas fait les choses à moitié au niveau de leur extermination : nous pouvons ainsi nous servir d’armes à feu assez classiques telles que le fusil à pompe ou la mitraillette. Mais nous avons également une épée en notre possession pour éviter de gâcher nos balles. Celle-ci se manie en restant appuyé sur la gâchette et en bougeant le stick dans tous les sens afin de reproduire les différents mouvements de l’arme. Cette partie du gameplay et assez déconcertante et l'on se retrouve vite perdu.

Destruction et chaos

Malgré tout, cette épée est assez pratique pour trancher le corps de nos adversaires ou encore détruire les éléments destructibles du décor. Ceux-ci nous permettent de faire s’écrouler des blocs de pierre sur nos adversaires afin de les tuer avec plus de classe. Mais en détruisant certains éléments, nous aurons aussi le droit de découvrir des trésors ou autres items qui sont placés dans tous les niveaux afin de nous pousser à fouiller un peu partout plutôt que de foncer en ligne droite vers la sortie. Ces différents secrets ou items sont aussi l’occasion de faire progresser votre gain d’XP afin de pouvoir acheter toujours plus de capacités à greffer à notre héros. Vous aurez donc compris qu’il est conseillé de traîner un peu en route et que le jeu trouve là un bon moyen de prolonger artificiellement sa durée de vie qui dépasse à peine les huit heures.

Une durée de vie qui pourra toujours paraître trop longue à tous ceux qui ne jurent que par une réalisation technique qui en met plein la vue. Bien que certains environnements soient de bonne facture, dans son ensemble le titre propose des décors plutôt décevants et nous ne comptons plus les bugs de collision lors de notre progression. De plus, la caméra du jeu est assez mal gérée et contribue à donner un sentiment de pagaille à l’action qui se déroule à l’écran. Les animations de nos membres gisant au sol sont parfois assez douteuses et ne contribuent pas à donner un réel sentiment de finition à la réalisation d’ensemble du titre. Le jeu propose également un mode multijoueur nous permettantt de réaliser différents défis en coopération ou en compétition. Mais celui-ci souffre du peu de popularité du jeu et se montre désespérément vide.

3
12
Graphismes
Bien que certains décors soient au-dessus du reste du jeu, l’ensemble des niveaux proposés est assez décevant. Le bestiaire peu varié souffre d’un design assez peu fouillé.
10
Technique
Le jeu enchaîne les bugs en tout genre et propose une caméra assez mal gérée. Les animations de nos différents membres sont assez mal travaillées.
13
Jouabilité
Le jeu partait avec une bonne idée de base. Le fait de pouvoir nous servir de nos membres de différentes façons est bien pensé, mais on se retrouve trop souvent à faire la navette au sol pour récupérer les morceaux. Le jeu finit donc par se transformer en un joyeux bazar qui devient vite lassant.
14
Ambiance sonore
La bande-son se montre peut variée, mais elle a au moins le mérite d’offrir un thème sonore qui colle parfaitement à l’univers disjoncté prôné par le jeu.
10
Scénario
Malgré la présence de quelques flashbacks nous aidant à mieux saisir comment notre héros en est arrivé là, on se retrouve devant une histoire qui ne passionne pas. Celle-ci a quand même le mérite de justifier notre fameux pouvoir qui est le point central du gameplay.
12
Durée de vie
vec une durée de vie solo d’à peine huit heures et un multijoueur particulièrement désert, le jeu ne s’en sort pas avec les honneurs. Cependant, il reste dans la moyenne des jeux disponibles sur console HD.
8
Plaisir de jeu
Alors que nous étions impatients de prendre part au délire des créateurs, nous sommes très vite lassés par le fait d’enchaîner les allers-retours au sol pour tenter de reconstruire notre corps.
12
Note Globale
Partant sur une idée originale qui avait tout pour séduire, le jeu n’a pas jugé bon de s’appuyer sur des bases solides. Une fois l’excitation due à la découverte des possibilités offertes par la capacité de démembrement de notre héros, il est assez difficile de se motiver pour remettre le jeu dans sa console et relancer la partie. Il est donc dommage de gâcher une idée novatrice par un gameplay brouillon et une réalisation globale de moyenne facture.
Les + du Jeu

. Idée de base
. Les décors destructibles

Les - du Jeu

. La technique
. Jeux brouillons et lassants
. Un multi désert

Afin de vous proposer des tests objectifs, sachez que tous nos tests sont lus et ajustés si besoin par plusieurs testeurs, avant d'être publiés.

Bookmark and Share  

Fiche consultée 933 fois ce mois-ci, et 25585 fois depuis sa création


Les 20 premiers commentaires sur le forum (0)

Aucun commentaire actuellement, Soyez le premier !