PS3 > Tests PS3 > Happy Feet 2 : Le jeu vidéo PS3 > Test

Wim P3L Games Stats Flux RSS Firefox Folding@home

Test de Happy Feet 2 : Le jeu vidéo sur PS3

Test publié le 24/12/2011 par marko - lu 6423 fois - Commentaires

L’Histoire nous l’a appris : hormis quelques exceptions que l’on pourrait compter sur les doigts d’une seule main, dès que l’on est face à l’adaptation vidéoludique d’un film, d’une série ou d’un film d’animation, ce n’est pas pour passer le meilleur des moments. La faute à un budget qui passe dans l’acquisition de la licence et d’un temps de développement ridiculement court pour s’assurer de la sortie du jeu en temps et en heure. Ainsi, à l’arrivée d’Happy Feet 2, il n’est pas anormal de prendre peur ou de sentir comme une odeur de poisson pourri, tous mignons qu'ils soient, les manchots de la jaquette. Mais après une petite dizaine d’heures à se dandiner sur la banquise, il semblerait que nos amis les pingouins savent mettre l’ambiance.

Il était une fois un manchot…

Même si les flocons de neige se font encore discrets dans l’hexagone, un vent de fraîcheur souffle dans les salles obscures avec Happy Feet 2, suite des aventures de Mumble et Ramon, réalisé par George Miller, le papa de Mad Max, excusez du peu. En qualité d’adaptation vidéo ludique, Happy Feet 2 reprend les grandes lignes du scénario du film éponyme. Ainsi, Mumble et Ramon doivent partir à la recherche du petit Erick qui semble avoir très mal pris les moqueries de ses congénères après avoir atterri, bec en premier, dans la neige suite à une danse ratée. Mais une fois le petiot retrouvé, nos trois joyeux lurons devront partir à l’aventure pour tenter de sauver leurs amis manchots, prisonniers des glaces suite à un caprice de Mère Nature.

Si le scénario du jeu reste fidèle à celui du film, la narration et les différentes cinématiques sont certainement passées au second plan puisqu’à aucun moment on ne se sent immergé dans l’histoire. Les fans de la franchise et les joueurs ayant vu le film n’auront pas de mal à s’y retrouver, mais les autres se retrouveront face à des cinématiques réalisées à la va-vite et des lignes de dialogue dignes des plus grandes répliques des Teletubbies. Si on peut comprendre que les dialogues n’aient pas reçu une grande attention, on aurait tout de même pu s’attendre à de belles cinématiques dignes du film, histoire de nous en mettre plein la vue entre deux séquences de gameplay. A la place, nous avons tout juste le droit à des séquences d’images fixes agrémentées de quelques petits effets sonores et quelques lignes de dialogues, encore une fois inefficaces. Mais comme toujours, le cœur d’un jeu repose sur son gameplay et de ce côté-là, on peut dire qu’Happy Feet 2 fait déjà mieux.

Casse-brique on Ice

Sur la banquise, vous conviendrez qu’il n’y a pas grand-chose à faire pour un manchot. À part se dandiner pour se déplacer d’un point A vers un point B ou s’amuser à jouer au toboggan pour aller faire une petite toilette dans l’eau glacée, rares sont les occupations festives. Mais dans le petit monde d’Happy Feet, les manchots sont les rois du dancefloor où ils passent leur temps à se dandiner sur des rythmes endiablés. Ainsi, tout le gameplay s’articule autour de la bande-son et sur la rythmique. Composé de 53 niveaux repartis sur sept chapitres, Happy Feet 2 propose de la plateforme assaisonnée de petites énigmes, fort simples, agrémentées de séquences musicales et saupoudrées de courses de manchots. Riche programme, non ? Mais le cœur du jeu repose principalement sur les phases de plateforme où le but est de rejoindre la fin du niveau tout en ayant recruté le nombre de manchots requis.

Pour les recruter, rien de plus simple, une fois près d’eux, il suffit d’appuyer sur la touche carré avec le bon rythme pour entamer une petite danse et ainsi les inciter à rejoindre la bande pour clore la mission. Mission qui se révèle d’une très grande simplicité puisque les seuls obstacles que l’on peut rencontrer sont différents blocs et pics de glace qu’il est possible de briser en utilisant, toujours dans le bon rythme, la touche triangle pour provoquer un petit saut chaloupé. Mais il sera néanmoins nécessaire de recruter des manchots empereur de temps à autre pour se débarrasser d’obstacles plus solides. Ce qui incite donc à réaliser quelques allers-retours. À noter que l’on peut également tomber sur des « ennemis » qui prennent la forme de gros piafs bougons ou d’énormes lions de mer.

Mais on les effraye si facilement que leur présence en devient presque anecdotique. Côté énigme, il est souvent nécessaire de créer des passages à l’aide de plates-formes à activer ou encore en déplaçant de gros blocs de glace pour ainsi permettre à son petit compagnon d’avancer. Toujours accompagné de Mumble et Ramon, il est possible de passer d’un personnage à l’autre par la simple pression d’une touche et pour les amoureux du jeu en coopération, une simple pression sur la touche start de la seconde manette et l'on se retrouve à deux sur la glace. Enfin, en plus de devoir recruter le plus de manchots possible avant de se diriger vers la fin du niveau, ces derniers sont bourrés de notes de musiques ou de bonus à dénicher. Et, à force de les récolter, il est possible de gonfler la liste de lecture du jeu en achetant de nouveaux morceaux, qui peuvent être upgradés à force de les utiliser.

Manchot Hero

En plus des niveaux dits classiques, le jeu propose d’autres petites réjouissances comme des niveaux bonus où l’on doit récupérer un maximum de notes de musique dans un laps de temps assez court, des courses endiablées avec un tas d’obstacles à éviter et des figures à réaliser sur des tremplins de glace et pour finir, des combats en musique contre les différents boss rencontrés. Et si vous vous imaginez claquer des dents contre ces boss, sachez que se sont sûrement les passages les plus simples du jeu. Tout en musique, il suffit de presser les différentes touches qui apparaissent à l’écran avant de bourriner une touche en particulier pour avancer d’un palier. Divertissantes et rafraîchissantes, ces missions bonus sont trop peu nombreuses face aux missions classiques qui deviennent rapidement lassantes face à leur répétitivité et leur trop grande facilité. Ce qui est l’un des gros défauts du titre avec sa technique en dents de scie et ses graphismes un peu trop timides.

Élève sérieux, peut mieux faire

Pour un jeu se déroulant sur la banquise, on ne peut pas reprocher à KDV Games de ne pas avoir assorti les niveaux de détails chiadés à nous en faire pleurer. À vrai dire, le jeu est très propre, les couleurs sont chaleureuses, les effets de lumière sont de très bonne facture et on peut dire qu’il assure le minimum syndical haut la main. Là où ça coince, c’est dans les modélisations beaucoup trop simplistes et redondantes ainsi que son framerate irrégulier qui a tendance à suffoquer pour des raisons que l’on ignore. Mumble et Ramon ont beau voyager, on a toujours l’impression d’être au même endroit. Tous les éléments que l’on manipule comme les blocs que l’on déplace, les piliers que l’on fait tomber ou les pics que l’on explose sont systématiquement les mêmes.

Tout comme son gameplay, Happy Feet 2 propose une direction artistique beaucoup trop redondante et qui finit également par lasser. Faire le jeu d’une seule traite peu donc s’avérer indigeste, mais le picorer par petites miettes est déjà bien plus digeste. Concernant la partie audio, le jeu s’en sort mieux. Si l’on met de côté le doublage ridicule de nos deux protagonistes et les effets sonores assez mollassons, la bande-son est diablement envoûtante. Parmi la petite vingtaine de morceaux que propose le titre, les styles sont variés et on revient rapidement sur ses airs préférés, dans le but de rendre l’expérience de jeu la plus savoureuse possible. Et ne vous étonnez pas si quelques airs vous trottent dans la tête plusieurs heures après avoir éteint votre machine.

3
12
Graphismes
Happy Feet 2 propose certes des graphismes simplistes et une direction artistique redondante et finalement pauvre, le jeu a le mérite d’être propre, de ne pas piquer les yeux et se permet même d’offrir des effets de lumière rudement jolis. De quoi donner envie d’aller se balader sur la banquise.
10
Technique
Le jeu n’offrant rien de particulièrement difficile à gérer, il se permet tout de même de montrer de très gros signes de faiblesses de par son framerate. Rien de très grave au final, mais attendez-vous tout de même à des coupures à des moments totalement anodins.
12
Jouabilité
Si la prise en main est immédiate et que diriger Ramon ou Mumble est au final fort plaisant, le gameplay trop redondant et la difficulté trop simple entachent un jeu qui partait pourtant sur de bonnes bases.
15
Ambiance sonore
Si l’on met de côté le doublage de nos manchots et les différents effets sonores, le jeu propose une bande-son du feu de dieu. Même si elle ne conviendra pas à tous, elle permet de dynamiser le jeu et rendre l’expérience la plus jouissive possible.
10
Scénario
Reprenant les grandes lignes du film, les fans de la première heure se retrouveront très rapidement dans les aventures de Ramon et Rumble. Pour les autres, ils seront vite dépassés par un enchaînement d’évènements poussé par une narration bancale et des cinématiques très moyennes pour l’adaptation d’un film d’animation.
12
Durée de vie
La rejouabilité du titre frôlant le zéro absolu, comptez tout de même une petite dizaine d’heures pour venir à bout des 53 niveaux que propose Happy Feet 2. Heures auxquelles vous pouvez ajouter encore quelques autres supplémentaires pour récolter tous les bonus, débloquer tous les morceaux et partir à la chasse aux trophées.
12
Plaisir de jeu
Comme vous l’avez certainement lu plus haut, le jeu propose une expérience de jeu grisante, très agréable, mais qui peut rapidement tourner au vinaigre dû à la répétitivité globale du titre. Néanmoins, par petites doses, jouer à Happy Feet 2 est tout sauf une corvée. Surtout si l’on est en bonne compagnie pour une partie en coopération.
12
Note Globale
Mignon, sympathique et divertissant, Happy Feet 2 est un jeu à ne pas mettre entre n’importe quelles mains. Si les gamers le boudent sans concession et avec raison, les joueurs occasionnels, les plus jeunes et les fans du film pourront le picorer avec très grand plaisir. Le gameplay, bien que répétitif, est tout sauf anecdotique et la bande-son a de quoi enflammer le plus monotone des joueurs. Happy Feet 2 peut donc se targuer de ne pas rentrer dans le cercle très fermé des adaptations ratées.
Les + du Jeu

. Un gameplay abordable
. La bande-son

Les - du Jeu

. Trop simple
. Gameplay répétitif
. Technique au rabais

Afin de vous proposer des tests objectifs, sachez que tous nos tests sont lus et ajustés si besoin par plusieurs testeurs, avant d'être publiés.

Bookmark and Share  

Fiche consultée 653 fois ce mois-ci, et 8309 fois depuis sa création


Les 20 premiers commentaires sur le forum ()

Aucun commentaire actuellement, Soyez le premier !