PS3 > Tests PS3 > Saints Row 2 PS3 > Test

Wim P3L Games Stats Flux RSS Firefox Folding@home

Test de Saints Row 2 sur PS3

Test publié le 20/10/2008 par kyzer - lu 869 fois - 35 Commentaires

Suite d'un premier épisode unanimement reconnu comme étant la meilleure alternative à GTA, ce second volet venait avec l'ambition de s'asseoir sur le trône des « GTA-like », mais, même s'il ne fait pas pâle figure à côté de GTA IV, la dernière bombe de THQ évite tout simplement la comparaison sur bien des aspects, en se démarquant de son Maître sur quelques points cruciaux…

L'histoire

Suite directe de Saints Row, premier du nom, l'histoire de Saints Row 2 commence dans une prison de Stilwater, plus précisément sur un lit d'hôpital. Votre personnage, surnommé « Boss » par vos alliés, et un peu tous les noms par vos ennemis, se réveille d'un profond coma, et parvient à s'échapper avec un complice nommé Carlos.

Enfin libre, il commence par se trouver de nouveaux vêtements et une nouvelle planque. Après ce nouveau départ, le héros apprend que son meilleur pote Johnny est sur le point d'être exécuté, il va alors le faire évader en plein tribunal, et vont, ensemble, tenter de redorer le blason des Saints. Pour se faire, ils s'allient avec Shaundi et Pierce, et forment ensemble le noyau dur du gang. Commence alors une nouvelle série de meurtres, d'exécutions, de règlements de compte… et une nouvelle guerre de gangs !

Un héros à votre goût

Petite particularité du titre par rapport à la concurrence, et présente dès le premier volet, la possibilité de créer son héros de toutes pièces revient encore plus blindée pour ce nouvel épisode. Avant toute chose, donc, vous devrez créer votre héros de toutes pièces, en choisissant le sexe, l'aspect général, la corpulence, les cheveux, la barbe, le maquillage (que vous ayez choisi un homme ou une femme !), les sourcils, l'expression faciale, et même la voix du futur chef des 3rd Street's Saints Row ! Une fois ces détails physiques réglés, vous pourrez vous parer de différents bijoux, vous faire faire des tatouages, ou encore modifier votre tenue vestimentaire.

Mais derrière ce flot de bonnes idées se cache un problème pourtant prévisible : le manque des charisme des personnages, enfin du moins du personnage principal. En effet, comme ce dernier peut prendre toutes les apparences, il aura donc fallu lui créer une histoire un peu plate, éviter de trop revenir sur son vécu, et inventer une histoire quelque peu « universelle », histoire de s'adapter quelque soit le style choisi. La direction scénaristique empruntée par THQ va donc dans le sens inverse d'un GTA IV et de son Niko Bellic taillé sur mesures, et son histoire sombre et froide, qui colle parfaitement au personnage.

Une fois votre personnage créé, donc, vous êtes paré pour arpenter les rues de la ville avec style, ce dernier étant évalué en fonction de votre apparence et des accessoires acquis en cours de jeu. Ainsi, plus vous serez équipé d'accessoires de luxe, tels que les bijoux et les grosses voitures, plus votre style augmentera, tout comme votre jauge de respect.

En parlant de cette fameuse jauge de respect, justement, vous devez vous bâtir la meilleure réputation possible, en enchaînant les missions principales , secondaires, et en faisant toute sorte d'actes qui augmenteront le respect que vous portent les autres. Les actes en question sont très variés, puisque vous pouvez par exemple chambrer votre ennemi avant de le tuer, ou alors faire une bouillie d'ennemis sur leur territoire, pour que votre cote monte en flèche.

En parlant de style et de respect, vous pouvez joindre les deux en vous faisant respecter avec style ! Comment ? Tout simplement en passant par la case « chirurgie esthétique ». Ce chirurgien, que vous pouvez aller voir à n'importe quel moment du jeu, vous permet de modifier toute votre apparence, ainsi que votre style de combat rapproché. Ces styles de combat, dont le nombre augmente au fil des missions, sont très différents les uns des autres, puisque vous pouvez choisir de vous battre dans un style très « baston de rue », comme un catcheur, comme un maître des arts martiaux, ou encore comme une grosse brute sans pitié ! Vous l'aurez compris, les développeurs ont également porté une attention toute particulière au combat à mains nues, vous proposant toute une panoplie de coups et autres mouvements de combat, et même la possibilité de vous aider des éléments du décor pour vous défendre. Ainsi, vous pouvez arracher les parcmètres pour les exploser sur le crâne de vos ennemis, ramasser des parpaings pour leur jeter dessus, ou encore tout simplement prendre un ennemi comme bouclier humain, et le jeter sur d'autres ennemis, l'éclater contre un mur, le balancer dans le vide, ou encore l'achever d'une balle dans la tête !

Mais ce n'est pas tout, pour vous défendre face à une horde d'adversaires qui ont comme seul but de vous faire la peau, ou tout simplement quand une méchante envie de meurtre et de prise d'otage vous prend, vous serez bien obligé de sortir l'artillerie. Et là encore, c'est du lourd ! De la sulfateuse au lance-roquettes,en passant par le lance-flammes et les diverses armes automatiques, tout y est pour le plus grand plaisir des as de la gâchette. Mais pas seulement, puisque les amateurs d'explosifs seront eux aussi aux anges, avec les très classiques grenades, lance-grenades, et autres sacoches explosives. A tout cela vient s'ajouter le pistolet électrique, le défibrillateur, et la très violente tronçonneuse, pour compléter un arsenal digne des meilleurs films d'action.

Une fois que vous avez accédé à votre arsenal, vous avez vos armes rangées, formant un cercle, en fonction de leur catégorie (vous ne pouvez transporter qu'une seule arme par catégorie), puis un autre cercle représentant votre inventaire « consommation ». Dans cet inventaire figure la nourriture que vous avez été chercher dans les différents fast-food, mais aussi la drogue et/ou l'alcool que vous acheté dans les bars.

En parlant de film d'action, nous pouvons également citer les nombreux véhicules à votre disposition pour recréer des scènes de folie, allant de la simple berline à la grosse voiture de course,en passant par les bateaux, jet-ski, motos, hélicoptères, avions de combat, pelleteuse, dépanneuse, quads, et même avions de ligne ! Et comme si cela ne suffisait pas à créer de l'action à couper le souffle, les développeurs ont eu l'excellente idée d'ajouter un système proche de celui de Burnout, récompensant les courses en sens interdit, les distances faites sur deux roues, les sauts uniques, les esquives… tout ce qui est contraire au code de la route,en gros !

Techniquement limite

Alors que certaines orientations peuvent surprendre, comme la conduite des véhicules déroutante au début, car complètement axée sur l'arcade, d'autres sont beaucoup moins volontaires et mettent en avant les limites techniques du moteur du jeu, comme le brouillard qui limite le champ de vision, ou les bugs de collisions nombreux et parfois vraiment grossiers. Le clipping aussi nuit parfois à l'immersion, tout comme l'IA très limitée des PNJ. Ainsi, même si quelques éclats de génie renforcent quelques fois l'ambiance, comme lorsqu'un allié prend un ennemi en otage et s'en sert comme bouclier humain, leur matière grise reste la plupart du temps très discrète, l'ennemi étant souvent borné par l'envie de vous massacrer.

Lorsque cette IA vous donnera un peu envie d'aller voir ailleurs, rien ne vous empêche d'aller vous offrir quelques joutes Online, face à des adversaires contrôlés par des humains.

L'occasion pour le joueur de voir que les développeurs ont porté une attention toute particulière à cette partie du jeu, puisque les différents modes présents sont nombreux, variés, et ne souffrent d'aucun problème particulier. Seul petit souci, malgré tout, la présentation d'ensemble,un peu confuse au début. Passé ce détail, nous retrouvons donc bon nombre de modes de jeu présents en solo, avec en bonus le très classique Deathmatch.

Mais le mode de jeu le plus intéressant de tous, qui nous fait encore plus regretter l'impossibilité de jouer à deux en écran splitté, reste l'énorme « Coop », qui permet à deux joueurs de faire tout le jeu ensemble, et à distance, tout simplement ! Et si l'envie vous prend de ne faire qu'un bout de chemin ensemble, il vous suffit de vous retrouver sur la partie de l'un des joueurs pour faire quelques missions et activités, ou tout simplement une petite ballade armée à travers la ville ! En plus, si le joueur que vous invitez à rejoindre votre partie découvre un tag à faire ou un CD à collectionner, celui-ci sera pris en compte même lorsque votre invité aura quitté la partie ! Enfin, vous pouvez choisir de restreindre l'accès à votre partie, ou alors laisser celle-ci ouverte à tous,un message vous invitant alors à accepter ou non la participation d'un invité, à chaque fois qu'un joueur veut rejoindre votre partie en cours.

Et si ce renfort ne vous suffit pas, vous pouvez aussi, d'un simple coup de fil, appeler un pote rencontré en cours d'aventure en renfort, une ambulance (en appelant le 911), ou encore un chauffeur qui vous amène la voiture que vous souhaitez en quelques secondes, après l'avoir choisie à partir d'une liste s'affichant sur l'écran du téléphone. Cette liste affiche en fait l'intégralité des véhicules terrestres qui remplissent vos différents garages. Puisque, vous l'aurez compris, vous disposez d'une série de garages un peu partout dans la ville, et dont le nombre augmente au fil de vos achats immobiliers. Là aussi, les développeurs ont mis la dose, le joueur pouvant acheter appartements, hôtels, garages et diverses boutiques,en plus du QG, servant notamment à personnaliser votre gang : voitures du gang, signe de reconnaissance, tag, et style vestimentaire des membres du gang (brutes, gangsta, old-school, armoires à glaces, ninjas, et même membres équipés comme le Swat !). Tous ces bâtiments transformés en repaires, il ne vous reste plus qu'à, encore et toujours, les personnaliser en choisissant le style général de l'intérieur, puis en y ajoutant une table de billard, le home cinéma dernier cri, ou encore un jacuzzi digne de celui de Tony Montana !

Chacun de ces bâtiments vous apportera aussi un revenu régulier supplémentaire, que vous pouvez venir chercher quand bon vous semble, pour aller acheter un bolide chez le concessionnaire, par exemple, ou bien le dépenser dans la meilleure bijouterie de la ville ! Vous pouvez aussi y regarder la télé, avec, au programme, les cinématiques les plus importantes du scénario, et un jeu où vous devez survivre le plus longtemps possible à une invasion de zombies. Enfin, si l'envie de retenter une mission vous prend, il vous suffit d'aller lire les coupures presse, qui,en plus de vous rafraîchir la mémoire avec un résumé des faits, vous permettent de rejouer toutes les missions du jeu. Et pour conserver un maximum de fluidité entre les missions, les temps de chargement sont rares et souvent plutôt brefs, une bonne façon d'éviter le hachage de l'aventure.

L'ambiance

Malgré les imperfections techniques, SR2 parvient à nous faire entrer dans son univers, avec un scénario très basique mais aux multiples rebondissements, sa ville riche en variété, quoique manquant un peu de personnalité, et ses gang multiples dirigés par des boss plus ou moins charismatiques. A ce sujet, Volition nous a sorti la totale avec : le gang de brutes (Brotherhood) dirigé par un colosse tatoué à l'excès, le gang haïtien aux couleurs rasta (Sons of Samedi), le réseau de macs flambeurs, le gang asiatique fan de katana (Ronins), l'entreprise géante dirigée par un PDG peu scrupuleux, le flic ripoux… A cette liste vient s'ajouter, bien entendu, le fameux 3rd Street's Saints Row, votre gang.

Tout ce beau monde lutte pour le règne sur Stilwater, dans une ambiance très violente, les missions étant souvent très bourrines. Mais quelques coupures viennent offrir un second souffle au jeu, comme les scènes de ménage chez votre meilleur pote, qui rend sa femme Eesha hystérique, ou encore les quelques phrases dotées d'une certaine pointe d'humour lancées par votre personnage. Les missions principales, donc, s'enchaînent à un rythme de folie, même si au départ votre barre de respect ne sera pas toujours suffisante pour les enchaîner non-stop, vous forçant à passer par quelques missions annexes. Mais une fois les deux pieds dans l'aventure, les missions s'enchaînent et ne se ressemblent pas : assaut dans une prison pour faire évader une personne qui vous aidera par la suite, mission de couverture aérienne, défense de votre QG face à une attaque ennemie, ou encore duel au katana face à un ponte du banditisme asiatique, telles sont les différentes missions que vous devrez mener à bien pour redorer le blason des Saints !

Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez alors vous lancer dans les activités annexes, incroyablement variées et nombreuses. Au menu, donc, des missions secondaires, des activités diverses et variées, des passe-temps, et une guerre de gang à gagner !

Au rayon des missions secondaires, nous pouvons noter la présence d'une mission vraiment originale et éclatante, intitulée « Fuzz » , comme le nom de l'émission qui vous engage pour vous mettre dans la peau d'un policier, et leur fournir un maximum d'images compromettante. C'est alors qu'on vous demandera de découper un pollueur à la tronçonneuse, de mettre fin à une manifestation à la sulfateuse, d'aller vous battre contre une bande de molosses bourrés aux stéroïdes, ou encore d'arrêter un braqueur qui s'est enfui à bord d'un véhicule blindé à coups de roquettes ! A cela viennent s'ajouter les classiques missions d'ambulance, pompiers, taxi, garage clandestin, et diverses courses. Autre possibilité au rayon quêtes annexes, la recherche de CD afin de compléter votre collection et, ainsi, gonfler votre playlist, mais aussi de tags qui vous serviront de signature (tags à effectuer en semi-manuel, à la manière d'un « The Warriors » ), et de zones secrètes, à découvrir en arpentant les rues de Stilwater, sans compter le très fun « surf sur voiture », qui consiste en fait à tenir le plus longtemps possible sur une voiture en marche…

Mais il existe également une liste impressionnante d'activités annexes, à commencer par le retapissage des rues de la ville à l'aide d'un camion rempli d'eaux usées… voire même très usées…

Nous pouvons également citer « Traînée ardente », pendant laquelle vous vous transformez en torche humaine sur quad, pour qui le seul but est de franchir les « portes » dans les temps. Mais ce but a un prix, puisque pour gagner du temps, vous devrez exploser tout ce qui bouge, piétons comme voitures, pour espérer passer la dernière porteen laissant un feu d'artifices derrière vous !

Mais ce n'est pas tout, vous serez également amené à maintenir certaines relations confidentielles, comme dans l'activité « Escorte ». L'activité en question vous propose en fait de vous transformer en chauffeur qui doit semer les journalistes à la poursuite d'images choc, puisque vos passagers ne sont autres que des célébrités locales en compagnie de prostituées… Vous pouvez également participer à des missions de dépannage, à des braquages, des prises d'otage, vous transformer en tueur à gages, ou encore vous faire une petite partie de poker ou de Zombie Uprising.

En parlant de l'activité « Tueur à gages », citée juste au-dessus, elle risque elle aussi de vous scotcher devant votre écran quelques heures supplémentaires. Le principe est simple, vous allez récupérer une liste de personnes à « nettoyer », liste comportant leur nom, une brève description, les lieux qu'ils ont l'habitude de fréquenter, et une photo épinglée en haut à gauche… et puis c'est tout ! A vous, donc, de trouver le lieu précisé, puis de trouver le moyen de faire sortir la cible de sa cachette, la reconnaître, puis, bien entendu, la descendre… pas toujours si simple !

Autre « extra » à faire entre deux missions, la fameuse Arnaque à l'assurance. Cette activité, qui est l'un des grands classiques du premier volet revient pour le plus grand plaisir des joueurs ! Là encore, le but est très simple, et toujours aussi drôle : vous devez aller dans le quartier indiqué, puis vous faire éclater afin d'engendrer le plus de dégâts corporels possibles dans le temps imparti, le but étant d'atteindre un certain score avant que le chrono n'affiche que des zéros… Mais pour ajouter une dose de fun supplémentaire, les développeurs ont eu l'excellente idée d'ajouter une zone où les dégâts sont multipliés par deux, et une barre d'adrénaline qui, une fois remplie, vous rendra aussi léger qu'un ballon de baudruche, tant le moindre choc vous enverra parfois plusieurs centaines de mètres plus loin !

Comme si cela ne suffisait pas, il existe aussi le fameux Tournoi Démolition, qui n'est pas sans nous faire rappeler un certain Destruction Derby. Après avoir sélectionné le véhicule de votre choix, vous êtes lancé dans une arène avec une bande de malades dont le seul but est de vous pulvériser ! Ça tombe bien, puisque le vôtre aussi est de réduire le véhicule de vos adversaires en un tas de ferrailles fumant ! A noter qu'à chaque niveau passé vous gagnez du crédit que vous pourrez dépenser dans l'achat d'un pare-choc encore plus dévastateur, de renforts au niveau des vitres et du capot, entre autres, pour tenir le choc plus longtemps, ou encore d'équipement améliorant la vitesse de votre véhicule. Sachez que ce tournoi peut aussi être fait par catégorie de véhicules, catégories incluant un certain bulldozer…

Ce n'est pas tout, vous pouvez aussi jouer le garde du corps en escortant une star qui doit rejoindre sa limousine, descendre d'avion, etc. Pour cela, vous devrez écarter les personnes dangereuses, qui débarquent avec des battes de base-ball, pieds de biche, et autres armes blanches. Mais vous vous rendrez vite compte que le simple fait de les écarter ne suffit pas, la barre de mécontentement de la star montant dangereusement, vous devrez alors sortir les gros moyens… non non, ici, pas d'armes à feu ni quoique ce soit, mais une utilisation optimale du décor environnant. Ainsi, vous pourrez jeter les fauteurs de troubles dans le réacteur d'un avion, un tapis roulant dirigé vers le ciel, ou encore au beau milieu d'une bande de bûcherons équipés de tronçonneuses !

Pour continuer avec le côté totalement décalé du jeu, citons le « Streaking », ce mode de jeu où vous devez tout simplement courir dans la rue complètement nu afin de montrer ce que vous avez au plus grand nombre de passants possible ! Enfin, plus sérieux, la guerre des gangs est continue à Stilwater, et vous n'êtes donc jamais à l'abri d'un assaut perpétré par un gang rival, mais vous pouvez aussi tenter de semer le trouble en territoire ennemi avec le mode « Bastion ».

Mais ce qui relie toutes ces missions entre elles est bien entendue la ville où tout cela se passe : Stilwater ! Complètement remodelée depuis Saints Row, premier du nom, la ville en a profité pour s'agrandir, et, surtout se diversifier ! Ne soyez donc pas étonné de tomber sur une centrale nucléaire, une île prison, une petite zone sablonneuse, ou encore un énorme aéroport précédé d'un immense hôtel à vendre. On peut toutefois regretter l'absence de zones forestière ou désertique, mais l'idée est là tout de même. Avec toute cette diversité, donc, les développeurs ont réussi à y intégrer une multitude de détails amusants, comme des routes en chantier (balisé avec, entre autres, des manœuvres qui y travaillent au marteau-piqueur, et des pelleteuses qui gravitent autour), ou encore les impacts que forment le choc de votre véhicule percutant un mur en béton, par exemple.

Même si Stilwater est loin d'avoir été conçue avec le soin de Liberty City, la ville reste très interactive, comportant de nombreux bâtiments à explorer (bijouterie, magasins, garages, etc.), et un nombre incalculable d'éléments du décor à pulvériser, comme les nombreuses cloisons en bois et autres grillages.

Quant à la route elle-même, elle est bien souvent goudronnée, mais vous passerez aussi par des routes recouvertes de terre, de sable, ou encore par des passages pavés. Au niveau des quartiers, on retrouve des ghettos, des quartiers riches, des quartiers industriels, des docks, un quartier universitaire, et un quartier des affaires totalement contrôlé par Ultor, la fameuse entreprise aux activités plus que douteuses, qui possède carrément sa propre société de protection. Ainsi, si vous volez une voiture sous leurs yeux, ils n'hésiteront pas à vous poursuivre, puis appeler du renfort, et pas n'importe qui en renfort, puisque les hommes qui arrivent en soutient débarquent avec les véhicules du Swat… rien que ça !

Et pour vous accompagner dans vos déplacements, la radio est toujours présente, avec une bande-son aussi variée que riche en titre de qualités. Peu importe votre genre de musiques préféré, vous devrez trouver votre bonheur, avec, entre autres, Big Pun, Nas, Elephant Man, Beanie Seagel, et même Bach et Beethoven ! Il existe en fait une multitude de radios, dont une que vous devez compléter vous-même, avec les titres achetés dans les boutiques prévues à cet effet, et en récoltant les fameux CD disséminés un peu partout dans Stilwater.

En conclusion, Saints Row 2 n'est pas le GTA-killer annoncé, mais un jeu dans la droite lignée de la série, et qui n'a pas pour but de tuer son maître GTA, mais de lui être complémentaire, tant il prend une voie différente sur bien des points.

3,8
14
Graphismes
Avec ses couleurs ternes et ses graphismes un ton en dessous de ceux de GTA IV, Saints Row 2 déçoit sur ce point. Une ambiance graphique plutôt agréable, malgré tout, et de nombreux intérieurs à visiter, ainsi qu'une grande diversité visuelle, ce qui compense un peu la qualité graphique générale décevante. Les cinématiques, elles, restent correctes.
13
Technique
Une IA irrégulière, un clipping qui saute aux yeux, les conditions climatiques et temporelles à peine gérées, un climat étrangement très brumeux, ce qui limite le champ de vision, mais aussi de nombreux bugs qui sont, à l'instar des activités annexes, très divers et variés ! Mais la variété générale du jeu et la taille de la ville compensent tout cela.
15
Jouabilité
Le perso est maniable et a du répondant, la configuration est bien pensée, et les quelques ajouts comme le régulateur de vitesse s'avère être utiles, surtout sur les grosses routes dégagées et en bateau. Les drive-by restent bien contrôlés et plutôt précis dans l'ensemble. En plus, les nombreuses possibilités d'action à pied rendent le gameplay exemplaire.
17
Ambiance sonore
C'est bien simple, il y en a pour tout le monde ! Et l'ambiance sonore colle parfaitement au jeu, qui prend alors une autre dimension, les passants lisant le journal, d'autres vous interpellant, ou encore certains vous encourageant lorsque vous passerez devant eux en grosse voiture, ou lorsque vous faites jouer les suspensions hydrauliques avec style !
12
Scénario
Un scénario vraiment plat et bien trop classique pour surprendre le joueur, qui se laissera malgré tout volontiers embarquer dans cet univers violent, avec tous les rebondissements que cela engendre.
16
Réseau
Peu de bugs mais beaucoup de modes de jeu, dont le fameux mode « coopération », pour encore plus de plaisir Online ! On regrettera cependant la faible fréquentation des serveurs, et la présentation un peu brouillonne au départ.
17
Durée de vie
Un nombre incroyable d'activités annexes, et une grande quantité de missions principales bourrées d'action. On peut toutefois regretter l'absence d'un mode de jeu en écran splitté, même si les différents modes de jeu Online tenteront de vous faire oublier ce manquement crucial.
18
Plaisir de jeu
LE point fort du jeu, un énorme plaisir à chaque nouvelle partie ! C'est le point sur lequel les développeurs se sont le plus concentrés, et cela se ressent à chaque seconde qui passe manette en main. C'est d'ailleurs pour cette raison que le joueur laisse de côté les points noirs du jeu, et prend son pied malgré tout !
15
Note Globale
Certainement la meilleure alternative à GTA IV à ce jour, Saints Row 2 n'empiète pas pour autant sur le territoire du titre de Rockstar. Les deux jeux ne boxent finalement pas dans la même catégorie, le titre signé Volition ne se prend absolument pas au sérieux. Contrairement à un GTA IV revenu aux sources, mais reste un jeu à ne manquer sous aucun prétexte pour ceux qui veulent se régaler sans se prendre la tête, et ceux qui ont passé des heures à arpenter les rues de San Andreas !
Les + du Jeu

. Un plaisir de jeu exceptionnel
. Une grande possibilité de personnalisation
. Un concept désormais connu mais toujours aussi efficace
. La durée de vie colossale !

Les - du Jeu

. Des limites techniques flagrantes
. Les graphismes décevants
. L'absence de mode de jeu Offline

Afin de vous proposer des tests objectifs, sachez que tous nos tests sont lus et ajustés si besoin par plusieurs testeurs, avant d'être publiés.

Bookmark and Share  

Fiche consultée 7472 fois ce mois-ci, et 203383 fois depuis sa création